Vous avez une question ?Vous avez une question ?

Interdiction Lipolyse

INTERDICTION LIPOLYSE
Consultez le dossier complet
Interdiction de la lipolyse

Le terme de lipolyse regroupe tout un ensemble de traitement qui visent à éliminer la graisse localisée et la cellulite disgracieuse. Derrière le terme lipolyse, on retrouve donc des traitements et des techniques différentes : la morpholiposculture, les ultrasons, les laser, la mésothérapie, la lipotomie….

Le traitement non invasif de la cellulite pouvait se faire par des lasers, par des injections. Ces techniques de lipolyse étaient présentées comme des alternatives aux interventions classiques de liposuccion. L’ensemble des techniques de lipolyse visait à détruire les cellules graisseuses et à affiner le corps.

La destruction de la graisse et de la cellulite se faisait au moyen de laser transcutané ou de multiples injections sous la peau. Contrairement à l’intervention esthétique de liposuccion où la graisse est aspirée, les cellules graisseuses détruites par la lipolyse sont laissées dans le corps pour finir par s’éliminer par les urines.

L’ensemble des procédés de la lipolyse sont dorénavant interdit en France depuis le 13 avril 2011. La lipolyse, qui séduisait tant de femmes et d’hommes désirant affiner leurs coups, a été interdite par Décret n°2011-382 paru au Journal Officiel du 12 avril 2011.

Ce décret fait suite au rapport émis en décembre 2010 par la Haute Autorité de Santé (HAS). En effet, dans son rapport, la HAS souligne que les techniques de lyse adipocytaire c’est-à-dire la dissolution des lipides par les traitements de la lipolyse présente une « suspicion de danger grave pour la santé humaine ».

A la lecture de ce décret, l’ensemble des pratiques de lipolyse à visées esthétiques sont dorénavant totalement interdit en France.

  • La liste des traitements par lipolyse a été énoncée par le Décret :
  • Les injections d’agents chimiques,
  • Les injections de solutions hypo-osmolaires,
  • Les injections de produits lipolytiques,
  • Les injections de mélanges mésothérapeutiques,
  • La carboxythérapie,
  • Les lasers (lasers transcutanés sans aspiration),
  • Les ultrasons,
  • Les infrarouges,
  • La radiofréquence,
  • L’adipolyse par acupuncture…
La Haute Autorité de Santé, après une enquête approfondie, a rapporté de nombreuse «complications graves» pour 23 patients ayant été traités par des injections hypo-osmolaires. Ces patients ont développés des effets indésirables comme des nécroses, des lésions sous cutanées, des thromboses (caillot dans une veine)….

Pour certains de ces patients, des interventions chirurgicales ont été nécessaires.

Pour la lipolyse sans injection (lasers, radiofréquences, ultrasons…), la Haute Autorité de Santé, même en l’absence de donnée sur les effets secondaires, s’inquiète quant à la formation des professionnels, des conditions de réalisations des actes de lipolyses mais également quant à l’homologation du matériel utilisé.

La Haute Autorité de Santé insiste sur le fait que «la question de la sécurité est la seule à considérer». Elle souligne également que les techniques de lipolyse ne sont pas utilisées pour guérir ou traiter une maladie, elles ne font que répondre à des préoccupations purement esthétiques.

La destruction des graisses localisées et l’amélioration de la cellulite restent, malgré tout, possibles par l’intervention de chirurgie esthétique de liposuccion ou lipoaspiration, intervention chirurgicale la plus pratiquée dans le monde.

La liposuccion peut être complétée par des séances de LPG (Cellu M6) pour un résultat optimal.

Dr BOUCQ, spécialiste médecine et chirurgie esthétique à Nice.
Docteur Denis Boucq - Clinique Mozart : 17 bis, avenue Auber - 06000 Nice
Tél. : 04 93 82 82 00 - Port : 06 31 22 88 44 - contact@denisboucq.com